ASSEMBLÉE GÉNÉRALE 12/02/2018

Ordre du jour :

  1. Debrief de l’AG :
  2. retour CNE
  3. Journée de mobilisation

Récapitulatif des votes : 

  • Journée de mobilisation du 15 adoptée
  • Bloquer la fac le 15  et de ne pas partir en manif : adopté du jeudi 15 : adopté.
  • AG jeudi à 10h : adoptée
  • Bloquer la fac, de tenir la fac et de ne pas partir en manif : adopté
  • De 8 à 10h : Débats présentation du plan/étudiant : adopté
  • Utilisation de la caisse de la com/mob : adopté
  • Appel pour que la manifestation rejoigne le campus de Paul Valéry : adopté
  • Monter un comité de communication à 14h adopté
  • et une commission mobilisation demain à 14h.adopté

Assemblée Générale 06/02/2018

ordre du jour :(adopté)

  • explication, réforme fac mais aussi lycée, s’associer.
  • point sur l’état de la mobilisation
  • coordination nationale du 8 février
  • prochaine date d’ag/mobilisation
  • constitution caisse de grève (payer frais de transports pour la coordination nationale)

Date présentation par la fac du plan Etudiant : Lundi 12 à 11h15 en amphi H.

Récapitulatif des votes :

Prendre le contrôle et faire notre présentation, pas par le président de l’université. Faire de l’information (adopté)

Enchainez sur notre propre AG ensuite à 14h (adopté)

Journée d’action le 14 (adopté)

Comité de mobilisation demain à midi, parvis des amphis. (adopté)

Demandez eux profs de parler de la mobilisation en cours (adopté)

Motion et base de mandat de l AG du 06/02/2018

Le retrait non négociable du projet de loi Vidal, le projet de réforme du baccalauréat, ainsi que la réforme de la fonction publique.
Aucun dialogue sociale, ni négociation ni concertation avec le gouvernement ne pourra changer la teneur libérale de ces réformes.
Syndiqué, non syndiqué nous refusons tout partenariat avec ce gouvernement.
Les directions des organisations syndicales doivent rompre immédiatement le jeu du dialogue sociale qui ne peut mener qu’a soutenir le gouvernement à appliquer sa politique de destruction des acquis sociaux, de ce qu’il existe de l’état sociale.
De plus les différents combats contre ce gouvernement ne peuvent continuer à être éclaté dans des journées de mobilisation à répétition et éparpillé.
Pour offrir une perspective de victoire, le mouvement sociale doit s’unir en un front soudé pour lutter collectivement contre ce gouvernement.
Tou.te.s ensemble frappons fort, pour vaincre ces attaques historiques contre les classe moyennes et populaire.

Assemblée Générale du 01/02/ 2018

Ordre du jour :

  • Mise en place du bureau
  • Questions éventuelles
  • point lycéen
  • Présentation de la réforme
  • Choix de la prochaine journée d’action
  • Choix de la prochaine date d’AG
  • Action et mandats à prévoir dont le potentiel comité de mobilisation
  • Annonce sandwich

 

Récapitulatif des votes :

  • Date de la prochaine AG Le 6 février avec mobilisation  ADOPTE
  • Heure de l’AG 10h30  ADOPTE
  • Réutilisation des outils de communication des luttes précédente : la page FB Paul va lève toi / groupe fb Etudiant-es Montpelliérains mobilisées / site mobilisationum3.org ADOPTE
  • Création d’un comité de mobilisation d’on le premier aura lieu le 2/2/2018 à 14h au parvis des amphis ADOPTE

La prochaine AG est prévue le mardi 6 février 2018 à 10h30

Retrait  non négociable de la loi Vidal

Rupture du dialogue social

Communiqué suite a l’assemblée générale du 03/10/2017

A la suite du communiqué envoyé le mardi 03/10 par la présidence de l’université sur l’ensemble des mailing-lists, nous, étudiant-e-s organisé-e-s en comité de mobilisation unitaire à la suite de l’assemblée générale du 21 septembre, tenons à donner notre version et à rappeler que nous, contrairement à ce que prétend Mr Gilli, sommes à l’origine de la tenue de l’AG du 03/10 et non les syndicats Solidaire et SCUM. Nous estimons que les faits imputés sont rapportés par la présidence sont mensonger. L’objectif est clair : cliver les étudiant-e-s et personnel-le-s, manœuvre habituelle de la direction de l’université.

Dès le début de cette assemblée générale, la direction de l’université a en effet tenté d’en empêcher la tenue. Nous rappelons que les étudiant-e-s présent-e-s dans l’amphi à ce moment-là cherchaient légitimement à s’organiser contre les attaques du gouvernement Macron-Philippe. Attaques allant de la généralisation de la sélection à l’université à la casse systématique de leurs droits en tant que futur-e-s salarié-e-s.

Face aux 150 étudiant-e-s présent-e-s, la direction de Paul Valéry a bien été obligée de lâcher prise en laissant l’AG se tenir. Des membres de direction ont cependant décidés de rester dans l’amphi. Evidemment, il n’était pas question pour eux de prêter main forte aux étudiant-e-s mobilisé-e-s, mais bien de surveiller ce qui pouvait se dire, se faire, et par qui.

Un vote a alors eu lieu, le résultat a été sans appel : la grande majorité des participant-e-s à l’AG ont demandé pacifiquement à la direction de quitter l’amphi. Ils/elles n’avaient en effet pas leur place dans l’AG puisqu’ils sont opposés à la mobilisation. Ces dernier-e-s sont cependant restés, s’opposant ainsi à la décision collective. Cela a alors entrainé une augmentation palpable de la tension, s’achevant par l’arrachage du téléphone d’un étudiant qui filmait la scène par un membre de la direction.

Mr Gilli nous parle alors d’un blessé léger, sans plus de précision, pour faire peur. En outre, et sans preuve à l’appui, il met en cause un « groupe d’individus extérieur à l’université ». Pour notre part, nous dénonçons une manœuvre qui a provoqué un incident dont la responsabilité incombe aux membres de la direction qui ont essayé de s’imposer en force contre la majorité des présent-e-s. Notre conception est celle d’une université ouverte à toutes et tous, et nous affirmons que nous ne ferons pas « le ménage dans nos rangs », comme l’a lancé avec mépris l’une des membres de cette direction présente ce matin-là. Nous exigeons le retrait total des mesures de répression ; plainte et poursuites ; annoncées par Mr Gilli, et affirmons notre volonté de ne rien laisser passer en matière de répression dans la suite du mouvement.

Le comité de mobilisation incite les étudiant-e-s à ne pas se laisser diviser par cette stratégie de division appliquée par la présidence de notre université : nous sommes des individus qui luttons pour nos droits.

Continuons à nous mobiliser !

Prochains rendez-vous :

  • Samedi 7 octobre : manifestion contre l’état d’urgence, à l’appel de l’assemblée générale contre l’état d’urgence. Rdv 15h à la préfecture.
  • Mardi 10 octobre : manifestation à l’appel de la fonction publique et de l’enseignement supérieur. Rdv 10h30 au Peyrou.

L’AG étudiante appelle à en faire une journée de convergence public-privé avec grève générale reconductible, non seulement contre les attaques portées aux fonctionnaires mais aussi contre la loi travail XXL. La manif sera suivie par une AG Inter Pro.

  • Jeudi 12 octobre : rassemblement contre la sélection à l’université, à l’occasion de l’inauguration du site St Charles en présence de la ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, Frédérique Vidal. Rdv 9h30 à St Charles (tram Albert 1er)
  • Prochaine assemblé générale étudiante mardi 17 octobre à 11H

COMPTE RENDU DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU 03/10/2017

Ordre du jour :

  • Point information
  • Perspective

Récapitulatif des votes :

outils de luttes (page fb paul va lève toi + mobilisationum3.org) adopté

Exclusion du personnel de l’administration adopté

Commissions com mob : Tract / action / communication (vote) adopté 

-Action de guérilla / désobéissance civile (réflexion com mob afin de faire des propositions à l’AG)  adopté

Blocage administration 09/10 (mandat com mob) ajourné

Action concert sur la fac (mandat com mob) adopté

Action contre YZLI au RU ( mandat com mob) adopté

Validation de l’année 60 ects ou minimum 30 ects Nppv 27 abs 6 pour 21 contre 6 ajournée

Dispense d’assiduité / banalisation des cours pour les AG adopté

Occupation de l’amphi C ajourné

Prochaine AG 17/10 (mandat com mob pour l’heure) adopté

Com mob : 04/10 17h parvis des amphis adopté

 

Récapitulatif des votes en lien avec le point perspectives :

  • 03/10 manifestation 18h30 comédie contre la répression en Catalogne (vote rejoindre) adopté
  • 7/10 manifestation contre l’Etat d’urgence 15h préfecture (vote rejoindre) adopté

Intégrer la lutte contre l’état d’urgence et loi sécuritaire (vote) adopté

Diffusion de tract pour le 10 et le 12 pendant la manifestation adopté

  • 10/10 Manifestation avec la fonction publique (vote rejoindre) adopté

Proposition de motion (vote) amendé puis adopté

Rejoindre le cortège intersyndicale ESR (pro + étudiants) (vote) adopté

AG inter-pro à la suite de la manif adopté => à la suite de la manif

Blocage de la fac le 10 ajourné

  • 12/10 Visite de la ministre enseignement sup-recherche adopté

Rassemblement 9h30 st charles adopté

Le 09/10 17h com mob élargie orga sur la venue de la ministre adopté

plateforme partage de partage des cours adopté

Motion de l’AG du 21/09/2017

L’assemblée générale des étudiant-e-s et personnels de l’UPV, réunie ce jeudi 21 septembre, revendique l’arrêt de la selection à l’université, que ce soit en licence ou en master, le retrait des ordonnances de la loi travail et la défense des APL. Elle apelle les étudiant-e-s et personnels des universités de Montpellier ainsi que leurs organisations syndicales à rejoindre la mobilisation et à se préparer à la grève sur ces revendications.

COMPTE RENDU DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU 20/09/2016

Ordre du jour :

  • Point information
  • La question des problème d’inscription ou sans fac
  • Perspectives

Adoptée

Récapitulatif des votes en lien avec le point sans fac :

Définir l’AG contre loi travail et son monde avec inclusion de la revendication des sans fac comme priorité à travers une commission sans fac dans la lutte contre « son monde » Adoptée

Faire un appel à faire signer  une pétition avec prise de contact pour l’inscription pour tous. Adoptée

Comité de mobilisation le Jeudi 22/09/2016 à 12h Adopté

Réunion sans fac jeudi 18h adopté

mandaté le comité de mobilisation pour écrire l’appel sur la question des sans fac autour des revendication suivante: adopté
– sans fac – adopté 

-loi travail et son monde – adopté

-inscription pour tous – adopté

– LRU-fioraso-bologne – Adopté

Participé aux commission pédagogique . Adopté

Vote en contradictoire sur les modalité de participation aux commission pédagogique :

Participation ci présence majoritaire des représentants étudiants majoritaire
Participation ci présence minoritaire des représentants étudiants minoritaire : Adoptée

Proposition d’action : rassemblement devant le CA mardi à 9h avec l’envoi d’un mandaté pour lire l’appel rédigé par le comité de mobilisation sous mandat de l’assemblée générale avec pour objectif l’inscription immédiate pour tous, ci la revendication n’est pas accepté les membres du rassemblement se resserve le droit d’envahir le CA ou non celons leur forces. Adopté

 

Récapitulatif des votes en lien avec le point perspective :

Soutient et participation au Carnaval National contre la loi travail en soutiens à l’action de NDDL et de l’état d’urgence Adopté

Participation au pot d’accueil de l’inter-luttes : Adopté

Mandaté le comité de mobilisation pour écrire un tract appelant à ce pot commun ? Adopté
Proposition de date pour le pot d’accueil :Mercredi 28/09/16 18h Royal ? Adopté

Soutien à l’appel de Rennes 2 P8 avec pour objectif une action symbolique sur Montpellier (voir l’appel en PJ) adopté

Débrayage des amphi puis manif déambulatoire dans la fac après le comité de mobilisation jeudi 22/09/2016. ajournée
Faire une action symbolique Pendant ou après le comité de mobilisation. ajournée

Rassemblement jeudi 22/09/2016 à 20h à la préfecture dans le carde de l’appel de Renne 2 et P8.  adopté

Prendre contact avec les clowns activistes pour l’action de jeudi 22/09/2016 dans le cadre du rassemblement pour action commune. adopté
Prochaine AG : -Mardi 4 octobre 13h adopté

Compte rendu de l’assemblée Générale du 13/09/2016

Ordre du jour :

  • Point information
  • Manifestation du 15/09/2016
  • Perspectives et bilan

Adoptée

 

Récapitulatif des votes :

L’assemblée Générale demande le départ des agents de sécurité, puis mandate le comité de mobilisation pour demander des
informations sur des mesures abusives observées dans la fac.

Barrage filtrant jeudi 15/09/2016 à partir de 8h.

Prochaine assemblée générale mardi à 12h.

Coordination avec l’Assemblée Générale populaire nuit debout :

Cortège commun au départ de la fac jeudi 15 à 9h30 puis débraillage de l’UM2.

Mandatement de représentant de l’assemblée générale pour la représenter au sein de l’assemblée générale populaire nuit debout.

 

 

 

 

APPEL DE LA COORDINATION NATIONALE ÉTUDIANTE 10/04/2016

Le 10 avril 2016,

Nous, étudiant∙e∙s mobilisé∙e∙s contre la loi travail, réuni∙e∙s en Coordination Nationale Étudiante (CNE), mandaté∙e∙s de 29 universités et établissements d’enseignement supérieur, réaffirmons notre détermination à poursuivre notre mobilisation jusqu’au retrait total et sans négociation du projet de loi travail. Avec ou sans amendements, celui-ci ne fera que précariser encore plus la jeunesse et les salarié∙e∙s.

Avec des centaines de milliers de manifestant∙e∙s, la journée de mobilisation interprofessionnelle du 9 avril fait état d’un mouvement qui continue de se construire. Dans la jeunesse, un “noyau dur” s’est structuré autour de comités de mobilisation nombreux et dynamiques. Nous l’affirmons : le mouvement ne s’est pas arrêté avec les vacances. De plus, nous n’acceptons pas que le calendrier universitaire puisse constituer un frein à la mobilisation. Nous exigeons le report intégral des examens ou l’établissement de modes de validation alternative pour les étudiant∙e∙s qui le souhaitent : nous nous mobiliserons si besoin pour faire respecter ces revendications.

L’État a usé de tout son arsenal répressif pour enrayer la mobilisation des étudiant∙e∙s et des lycéen∙ne∙s. CRS dans les universités, matraquages, gazages et autres interpellations, par centaines partout en France, et de nombreuses fermetures administratives d’établissement. En battant le pavé le 9 avril avec une colère grandissante contre le gouvernement, la jeunesse a apporté une réponse cinglante à la politique de l’exécutif. Nous condamnons fermement  l’ensemble de ces actes de répression justifiés par le gouvernement en faisant une distinction entre “bons” et “mauvais” manifestant∙e∙s. Nous refusons d’entrer dans ce jeu qui ne cherche qu’à diviser le mouvement.

Parallèlement au bâton, le gouvernement manie aussi la carotte en invitant pour la deuxième fois l’UNEF à Matignon afin de déboucher sur des accords à la marge et contenir la mobilisation. Nous réaffirmons notre volonté de faire tomber la loi travail, sans négociation ni amendement, et appelons l’ensemble des organisations se prononçant pour le retrait total à cesser le jeu des accords de salon. La CNE reste l’organe d’auto-organisation du mouvement étudiant, seule légitime à le représenter via ses porte-paroles élu∙e∙s et révocables.

Les vacances nous empêchent de nous adresser largement aux étudiant∙e∙s sur les établissements. Mais la mobilisation, elle, se poursuit. Nous profitons des vacances pour aller à la rencontre des travailleuses∙eurs. Nous appelons à la tenue d’assemblées générales interprofessionnelles dans toutes les villes mobilisées, afin que la convergence soit effective et construite par la base. Depuis le début du mouvement, les grandes directions syndicales de salarié∙e∙s n’ont pas joué suffisamment leur rôle, en n’organisant ni la grève, ni l’affrontement souhaité par les salarié∙e∙s et la jeunesse, ni la convergence entre secteurs. Elles doivent offrir des débouchés à la colère des travailleuses∙eurs bien avant l’horizon lointain du 28 avril en construisant la grève reconductible dès maintenant.

Avec les cheminot∙e∙s qui subissent une modification de leur décret socle, avec les hospitalier∙e∙s qui font face à l’austérité et l’ensemble du monde du travail qui subit la régression sociale, c’est le moment de lutter tou∙te∙s ensemble, main dans la main. Des phénomènes comme “Nuit Debout” cristallisent autour de la loi travail une colère bien plus large. Les places occupées sont devenues des lieux de débat ou l’on rêve d’une autre société. Il s’agit maintenant de se donner les moyens de passer du rêve à la réalité. Pour nous, “Nuit Debout” doit devenir un lieu de convergence et de construction de la grève, afin de toucher les lieux de production et mettre à mal l’Etat et les patrons.  La vague de grève générale qui déferle à l’heure actuelle à Mayotte et à la Réunion contre la loi travail et la politique coloniale de l’Etat français est un exemple à suivre. Toute victoire ici ou là-bas est une victoire pour nous tou∙te∙s.

C’est comme partie prenante de ce mouvement d’ensemble que nous, étudiant∙e∙s, restons debout jours et nuits. Nous appelons à une journée d’action en direction des cheminot∙e∙s le 12 avril et à une journée de grève et de manifestation le 14.

Nous affirmons notre solidarité avec l’ensemble des mouvements sociaux en cours: chômeuses∙eurs, zadistes, travailleuses∙eurs précaires de l’ESR et d’ailleurs, migrant∙e∙s, sans-papier∙e∙s et autres formes de résistance.

Ni chair à patron, ni chair à matraques ! Mobilisé∙e∙s jusqu’au retrait total !